Bibliothèque

Des informations sur les livres qui sont liés à la Tchétchénie et les Tchétchènes

Culture Tchétchène

Des articles, des matériaux et plus sur la culture tchétchène

Documentation

Vous pouvez trouver ici des anciens articles, des présentations, des conférences et des discours relatifs à la Tchétchénie

Paroles de chansons

Vous pouvez lire les paroles des chansons les plus célèbres, écouter et les télécharger

Poèmes

Vous pouvez trouver ici des poèmes qui sont écrites sur les Tchétchènes et aussi les poèmes par les poètes tchétchènes très bien connus

Home » Actualités

Expulsion de migrants tchétchènes en Vendée au mois d’août

Ajouté par on Wednesday, 14 August 2013.    606 views Aucun commentaire
Expulsion de migrants tchétchènes en Vendée au mois d’août

De passage en Vendée début août dernier, François Hollande s’est vu remettre une lettre, le mettant au courant de la situation des migrants en Vendée. Des conditions d’accueil et d’intégration rendues plus compliquées par le règlement Dublin II.

Le 6 août dernier, l’opposition à la mairie de la Roche-sur-Yon, avec le soutien de quelques associations dont le Réseau Education Sans Frontières (RESF) et la CIMADE, a remis au président François Hollande une lettre. Ce courrier l’avertissait de la situation de 4 familles d’origine tchétchène et d’une famille d’origine daghestanaise sous la menace d’une reconduite vers la Pologne et vers la Belgique. Des cas de figures qui se multiplient avec le règlement Dublin II.

« Dublin » pas adapté

Selon le règlement Dublin II, l’Etat membre responsable de la demande d’asile est celui par lequel le demandeur d’asile a fait son entrée dans l’Union Européenne. Les familles tchétchènes de Vendée, sont passées par la Pologne pour ensuite demander l’asile en Belgique : « En Belgique, on leur a donné 24 heures pour quitter le territoire, d’aller voir « à côté ». En France, on va les renvoyer vers la Belgique, un pays qui leur a déjà refusé l’asile. Donc ils sont ni régularisables, ni expulsables » s’indigne Véronique Gorce, membre de RESF.

« En Belgique, on les accepte en attendant qu’ils fournissent des éléments nouveaux pour la demande d’asile. Mais glaner des éléments nouveaux pourrait mettre en danger leur famille restée au pays. Du coup ils sont obligés d’aller dans un pays voisin. Je suis en contact avec une famille qui a atterri à Karlsruhe (Allemagne) » surenchérit Bernard Bulteau, également membre de RESF. Une situation d’errance européenne.

Le préfet fait la sourde oreille

« Le préfet de Vendée ne reçoit jamais les militants. Quand ceux-ci ont occupé la préfecture, il les a fait éjecter par la police » raconte Véronique Gorce. La situation des cinq familles qui doivent quitter le territoire au mois d’août ne semble pas l’émouvoir : « C’est le préfet lui-même qui a signé ! De toute façon, il va très prochainement quitter la Vendée pour devenir préfet de l’Essonne » nous indique Bernard Bulteau.

L’actuel préfet de Vendée, Bernard Schmeltz a été chef de cabinet de Charles Pasqua (Ministre de l’Intérieur) en 1994, mais il a également été chef du service de la circulation transfrontière au Ministère de l’Intérieur en 2002 et directeur des ressources humaines de Nicolas Sarkozy (ministère de l’intérieur), en 2005.

Un préfet expérimenté, bien au fait de ces questions, qui n’a pas hésité à lancer ces procédures de reconduite au plein cœur du mois d’août. A cette période, les demandeurs d’asile auront peu de recours, les principales structures étant en vacances.

Lettre au Président

Devant le peu d’attention du Préfet de Vendée, les militants locaux ont décidé d’écrire une lettre et de la remettre au Président lors de son passage à la Roche-sur-Yon, le 6 août dernier. Mission accomplie, même si tout n’a pas été si facile : « Nous avions deux lettres. Le Président s’est rendu dans deux endroits différents. Quand je suis arrivé à un des lieux de passage, un agent des RG [Renseignements généraux, ndlr] ainsi qu’un agent de Police m’ont dit : « Mr Bulteau, par ordre de la préfecture, vous êtes prié de vous tenir à l’écart ».

Ils étaient au courant pour la lettre » explique Bernard Bulteau. Une élue communiste de la Roche-sur-Yon a tout de même pu remettre la lettre au Président. Jusqu’ici, aucune réponse… Les militants de RESF, ainsi que les vendéens, restent mobilisés pour aider ces familles, qui, pour deux d’entre elles, ont toute leur famille en France.

« C’est assez nouveau en Vendée, ce n’est pas comme à Paris ou en Rhône-Alpes où les gens sont familiers de ces problématiques, note Véronique Gorce. Mais les vendéens sont solidaires ».

F. Duhamel

Source: Le Courrier de l’Atlas

Laissez votre réponse!

Add your comment below, or trackback from your own site. You can also subscribe to these comments via RSS.

Soyez gentil. Gardez-le propre. Restez sur le sujet. Pas de spam.

You can use these tags:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

This is a Gravatar-enabled weblog. To get your own globally-recognized-avatar, please register at Gravatar.