Bibliothèque

Des informations sur les livres qui sont liés à la Tchétchénie et les Tchétchènes

Culture Tchétchène

Des articles, des matériaux et plus sur la culture tchétchène

Documentation

Vous pouvez trouver ici des anciens articles, des présentations, des conférences et des discours relatifs à la Tchétchénie

Paroles de chansons

Vous pouvez lire les paroles des chansons les plus célèbres, écouter et les télécharger

Poèmes

Vous pouvez trouver ici des poèmes qui sont écrites sur les Tchétchènes et aussi les poèmes par les poètes tchétchènes très bien connus

Home » Actualités

Les réfugiés Tchétchènes sentent harcelés par contre-espionnage géorgien

Ajouté par on Tuesday, 28 January 2014.    93 views Aucun commentaire
Les réfugiés Tchétchènes sentent harcelés par contre-espionnage géorgien

Certains des Tchétchènes dans la vallée de Pankisi à proximité de la frontière russe disent qu’ils sont victimes de chantage et de harcèlement par le contre-espionnage géorgien.

Saikhan Muzayev, un homme tchétchène, est venu en Géorgie en 2011 et a reçu le statut de réfugié en raison de l’occupation militaire russe en Tchétchénie. Mais en Octobre 2012, il a renoncé à son statut de réfugié et a demandé la citoyenneté géorgienne. En conséquence, il a obtenu la citoyenneté au printemps 2013. Il a travaillé comme traducteur russe et arabe pour le Ministère géorgien des réfugiés pendant une certaine période. Mouzayev tentait de quitter la Géorgie le 18 Janvier 2014, mais il n’a pas été autorisé à voler. Personne ne lui a expliqué la raison. C’est pourquoi il a décidé d’organisé une conférence de presse.

Saikhan Mouzayev a déclaré lors de sa conférence de presse que le contre-espionnage du ministère de l’Intérieur lui a demandé de témoigner contre Gia Lortkipanidze, ancien vice-ministre Intérieur et Sandro Amiradze, ancien chef du centre antiterroriste en Kakhétie, dans le cadre de la fusillade mortelle en 2012 à Lopota qui n’est pas loin de la vallée de Pankisi.

« Ils m’ont dit qu’ils savaient que j’avais des problèmes avec la Russie et c’est vrais. Je suis venu en Géorgie comme réfugié, ils m’ont donc menacé que si je ne coopère pas avec eux, ils me envoyer vers la Russie. Mais je n’ai rien fait de mal, » il a dit.

Un autre côté, Aiub Bortchashvili, un autre homme tchétchène et représentant de l’organisation des Vainakhs pour droits de l’homme, a dit à « Rezonansi », un journal quotidien en Géorgie, qu’il y a quelques mois, il a également été amené à quelque bureau à Tbilissi où il a été dit que s’il n’a pas témoigné contre plusieurs anciens responsables du ministère de l’Intérieur, ils le livreront aux services spéciaux russes.

Laissez votre réponse!

Add your comment below, or trackback from your own site. You can also subscribe to these comments via RSS.

Soyez gentil. Gardez-le propre. Restez sur le sujet. Pas de spam.

You can use these tags:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

This is a Gravatar-enabled weblog. To get your own globally-recognized-avatar, please register at Gravatar.