Bibliothèque

Des informations sur les livres qui sont liés à la Tchétchénie et les Tchétchènes

Culture Tchétchène

Des articles, des matériaux et plus sur la culture tchétchène

Documentation

Vous pouvez trouver ici des anciens articles, des présentations, des conférences et des discours relatifs à la Tchétchénie

Paroles de chansons

Vous pouvez lire les paroles des chansons les plus célèbres, écouter et les télécharger

Poèmes

Vous pouvez trouver ici des poèmes qui sont écrites sur les Tchétchènes et aussi les poèmes par les poètes tchétchènes très bien connus

Home » Actualités

Le dernier parole de Rouslan Koutaev devant le fausse Tribunal

Ajouté par on Sunday, 13 July 2014.    150 views Aucun commentaire
Le dernier parole de Rouslan Koutaev devant le fausse Tribunal

Rouslan Koutaev, le Président de l’Assemblée des peuples du Caucase et le Comité international pour les problèmes du Caucase du Nord, a été condamné à 4 ans d’emprisonnement dans une colonie général de régime avec des preuves fabriquées, simplement parce qu’il a organisé une conférence scientifique à Grozny pour marquer 70e anniversaire de la déportation de tout le peuple tchétchène-ingouche vers l’Asie centrale et la Sibérie sur ordre du dirigeant de l’époque soviétique Joseph Staline.

Un fausse tribunal dans les terres tchétchènes qui est toujours sous l’occupation militaire russe, lui a envoyé au camp de la mort. Cependant, Rouslan Koutaev a confronté leur décision avec sa dignité et les embrassés avec ses mots. Vous trouverez le dernier parole de Rouslan Koutaev devant les membres du fausse tribunal:

« Au fil des quatre mois que j’ai passés derrière les barreaux, j’ai eu assez de temps pour analyser ma vie. J’ai presque 60 ans, mais je voudrais parler juste un épisode de ma vie et expliquer pourquoi je l’associe avec le procès d’aujourd’hui. C’était en 1982, quand j’étais un étudiant de l’Institut de chimie-technologique d’Ivanovo où nous avons organisé une fête de l’amitié des peuples. Lors de la fête des nations de l’URSS ont montré leurs réussites. Les Moldaves et les Géorgiens ont présenté leurs vins; les Arméniens – leurs cognacs; les Kabardes – leurs chevaux; les Turkmènes ont également montré leurs chevaux de pure race, et etc. Et chacun d’entre eux présentaient grandes vitrines.

Et quand je suis sorti seul pour représenter mon république : la Tchétchénie-Ingouchie, l’auditoire m’a regardé perplexe, parce que mes compatriotes se tient derrière moi ne portent aucune exposition. J’ai délibérément fait une pause et adressé au public « Chers amis! Voilà, aujourd’hui, nous parlons de nos accomplissements. Nous avons aussi, mais depuis que nous parlons de nos plus grandes réalisations, sur le plus intime, le plus fort, le plus respecté et le plus digne que nous avons; je suis donc sorti et j’ai comparu devant vous pour démontrer la meilleure chose que les Tchétchènes disposent. C’est moi-même, un Tchétchène – le seul pays de l’URSS, qui n’a jamais été conquis – le seul pays qui n’a jamais eu des princes et des khans, des becks, des rois ou des sultans. Et je suis ici en face de vous – un représentant de la nation libre tchétchène-ingouche. »

Le spectateurs ont applaudi debout à moi, parce qu’ils me connaissaient. Ils savaient que je suis un ami; que je ne serai jamais trahis et je serai toujours à proximité. J’avais alors, Votre Honneur, 23 ans. Beaucoup de temps a expiré depuis – plus de 30 ans. Je me suis toujours fier génétiquement et même vanté un peu que je suis un Tchétchène; parce que pour moi, c’est un synonyme de liberté – une notion de justice et d’honneur incroyablement clairement indiqué. Étant maintenant un vétéran, atteindre avec l’expérience, un personnage public, un politicien et un philosophe, debout ici à l’intérieur cette cage, je le répète: je suis un Tchétchène libre. Je n’ai personne à m’excuser auprès de mon soi-disant trahison. J’ai beaucoup d’amis – ici, dans cette salle et à l’extérieur – il y a mes amisnommément, mes amis de l’école, ceux avec qui j’ai étudié à l’institut et servi dans l’armée – amis de tous les pays de l’ex-URSS. Ils ont tous me soutiennent, parce que je ne les ai trahis et n’ai jamais changé mon point de vue.

Je comprends que les temps troublés s’est passé dans l’histoire de toutes les nations. À mon grand regret, mon république a un temps troublé maintenant. Et en ces temps troublés, on doit payer pour son poste; donc, je suis ici.

Votre Honneur! Enfin, je veux dire tout d’abord, je vous suis reconnaissant. Vous avez toujours donné une chance à mes proches de me voir. Merci. Deuxièmement, si vous me relâchez droit dans cette salle, je ne serai pas surpris du tout, parce que je suis innocent. Si vous me condamnez à un terme, je ne serai pas surpris du tout, parce que pour être un Tchétchène, d’être un homme d’honneur, d’être honnête et équitable – on doit payer un prix élevé pour aujourd’hui; donc, je vais prendre calmement une décision de votre côté. »

Laissez votre réponse!

Add your comment below, or trackback from your own site. You can also subscribe to these comments via RSS.

Soyez gentil. Gardez-le propre. Restez sur le sujet. Pas de spam.

You can use these tags:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

This is a Gravatar-enabled weblog. To get your own globally-recognized-avatar, please register at Gravatar.